Pollution de l’air intérieur


Plus de 4 millions de personnes meurent prématurément de maladies imputables à la pollution de l’air intérieur (OMS* – mai 2018)

 

Il faut savoir que nous passons plus de 80% de notre temps à l’intérieur (domiciles, bureaux, écoles …). Or, lair intérieur est en moyenne 8 fois plus pollué que l’air extérieur. Il peut même l’être jusqu’à 100 fois plus dans des cas extrêmes !

 

 

 

 

 

 

L’exposition aux émissions toxiques ménagères ne doit pas être négligée. C’est une pollution universelle qui touche la globalité des habitants dans tous les logements. Ses dangers sont malheureusement sous-estimés…

En effet, on trouve dans nos maisons un grand nombre de composés toxiques solides ou volatils. Ils émettent une certaine pollution, dont l’exposition prolongée est un gros risque. Ainsi, l’OQAI** estime à 5 millions le nombre de français surexposés aux substances toxiques stagnantes dans leurs logements.

 

  • Les sources de pollutions intérieures

Entre autres, les armoires et meubles en aggloméré ou en contreplaqué sont des vrais nids à formaldéhydes et composés organiques volatils (COV) qui sont des causes d’allergies. Ils contiennent également des retardateurs de flammes, dont certains peuvent être cancérigènes.

Les canapés, fauteuils et rideaux ont pour inconvénient principal d’absorber la fumée, entre autres des cigarettes, qui contient des produits très toxiques tels que du goudron, du monoxyde de carbone, du benzène, du formaldéhyde etc. Sans compter les traitements antimites eux aussi toxiques avec lesquels ils ont pu être traités.

 

 

 

 

Les jouets contiennent souvent des phtalates qui servent à assouplir les plastiques. Ces derniers sont susceptibles d’entraîner des perturbations hormonales (causes de stérilité par exemple).

 

 

 

Les cuisinières dont une mauvaise combustion dans une cuisine mal aérée peut diffuser du monoxyde de carbone (gaz qui est la cause de centaines de morts chaque année) ou susciter un dégagement d’hydrocarbures aromatique polycycliques (HAP) dont certaines substances qui sont cancérigènes.

 

 

Les appareils de chauffage mal réglés peuvent produire du monoxyde de carbone, un gaz inodore qui est responsable chaque année de l’intoxication de plus de 6000 personnes. 

 

Les nettoyants ménagers utilisés dans les cuisines contiennent généralement des solvants toxiques tels que des éthers de glycol (les nettoyants pour vitres par exemple) qui peuvent provoquer des malformations congénitales.

 

 

 

Les moquettes, véritables nids à acariens, dont les colles utilisées persistent généralement longtemps après leur pose et qui continuent à diffuser des émanations toxiques, tout comme les vernis de parquet. Ces différents polluants peuvent avoir entre autres des effets irritants et allergènes.

Les sols en plastique sont aussi à l’origine de poussières très fines et toxiques qui peuvent causer des problèmes respiratoires ou cardiovasculaires.

 

danger-formaldehydeDe plus, les meubles et les parquets contiennent entre autres du formol (le formaldéhyde). Cette substance est dangereuse pour la santé et est classée cancérigène depuis 2004. Elle est 10 fois plus présente à l’intérieur qu’à l’extérieur et irrite les voies respiratoires. 

 

 

A tout ça s’ajoutent les polluants extérieurs. Ce sont les émanations industrielles et celles provoquées par les voitures en circulation notamment.  Les pesticides propagés dans les domaines agricoles en font partie mais également les éléments naturels comme le cas du radon.

 

 

 

 

 

 

Si vous possédez des animaux, sachez qu’ils sont aussi une source de pollution de l’air intérieur en plus des acariens et de la poussière.

Enfin, il faut savoir que nous dégageons aussi de la pollution dite microbiologique en produisant des virus et autres bactéries.

L’intérêt est de ne pas négliger le problème et de lutter activement contre ces polluants en contrôlant en permanence leur taux dans le logement. Il faut aussi veiller à ce qu’ils n’atteignent jamais des seuils critiques pour la santé de ses occupants.

 

  • Les risques liés à une exposition prolongée

 

Tableau des sources de pollutions dans l’habitation et de leurs risques respectifs de l’OQAI**

*OMS : Organisation Mondiale de la Santé

**OQAI : Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur