Pollution de l’air : où respire-t-on le mieux en Europe ? – LE PARISIEN

30 janvier 2018


L’indice de pollution de l’air en temps réel de l’Agence européenne de l’environnement montre des concentrations inquiétantes en Pologne et en Bulgarie. AEE 

Le nombre de morts prématurés est trois fois plus important en Bulgarie que dans l’Hexagone.

 

Neuf Etats de l’Union européenne se sont fait taper sur les doigts ce mardi pour ne pas avoir respecté, malgré les avertissements répétés de la Commission, les seuils d’émissions de deux polluants : les particules fines (PM10) et le dioxyde d’azote (NO2). Faute d’une réaction adaptée dans les dix jours, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) sera saisie.

Au delà de ces mauvais élèves -l’Allemagne, l’Espagne, la France, la Hongrie, l’Italie, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni et la Slovaquie- quatorze autres pays dépassant les normes de qualité de l’air ont également été épinglés par la Commission, dont deux, la Bulgarie et la Pologne, pour lesquels la CJUE a déjà été saisie. Dans le premier cas, elle a rendu un jugement concernant les dé­passements des émissions de PM10 en avril 2017.

Le bois de chauffage incriminé

 

Derrière ces procédures existent des situations hétérogènes, comme le montre l’indice européen de la qualité de l’air, lancé en novembre dernier l’Agence européenne. Sur la base de mesures provenant de plus de 2 000 stations de surveillance, il renseigne en temps réel le grand public sur la pollution dans les villes d’Europe. Une vraie fracture apparaît alors entre l’Ouest du continent, où la qualité de l’air est le plus souvent jugée «bonne» ou «acceptable», et l’Est de l’Europe, où elle est «pauvre» ou «très pauvre». Les deux mêmes pays apparaissent à nouveau dans le rouge : la Bulgarie et la Pologne.

-

AEE / LP

Selon le rapport de la qualité de l’air 2017 de l’AEE, la Bulgarie est sur 41 pays européens celui qui enregistre le plus fort taux de mortalité prématurée liée à la pollution aux PM10, au NO2 et à l’ozone (20,1 morts pour 10 000 habitants), devant le Kosovo (18,6), la Serbie (17,3), la Macédoine (15,3), la Hongrie (13,7) et l’Italie (13,1). La France figure en 24ème position (7,2), derrière le Royaume-Uni (8,1) et devant l’Espagne (7,1). Cinq pays du nord de l’Europe (Suède, Finlande, Norvège, Irlande et Islande) ferment la marche avec des taux inférieurs à 4,2 morts prématurées pour 10 000 habitants.

 

Pollution de l’air : plus de morts dans le sud-est de l’Europe

Pollution de l’air : plus de morts dans le sud-est de l’Europe

Des trois polluants incriminés, les particules fines, considérées par l’AEE comme le « polluant atmosphérique le plus nocif pour la santé humaine en Europe », est le plus mortel. Le chauffage domestique est en grande partie responsable de cette pollution en Bulgarie et en Pologne, où l’utilisation du bois et du charbon est courant. Le NO2 est lui fortement lié au transport routier et donc son taux augmente significativement avec l’urbanisation.

Pour l’ozone (O3), le clivage n’est plus est-ouest, mais nord-sud. Ce gaz corrosif est issu des réactions entre plusieurs polluants sous l’effet du soleil. Il est donc logique que sa concentration dépende de l’ensoleillement.

-

Pollution à l’ozone en Europe, selon le dernier rapport de l’Agence européenne de l’environnement sur la pollution./AEE

Ma Terre / EnvironnementPollution de l’airParticules finesozoneUnion européenne

Laisser un commentaire